Barquettes « cartonnées » : c’est du PLASTIQUE !

5 novembre 2020 0 Par CsP - Avignon
Barquettes « cartonnées » : c’est du PLASTIQUE !

La mairie va commencer en novembre 2020 une série de tests dans 10 écoles d’Avignon avec une système hybride inox/barquettes cartonnées.
Certes, dans les écoles, les plats seront réchauffés dans de l’inox, mais en amont, après cuisson à la cuisine centrale, ils seront refroidis dans des barquettes « cartonnée », dans lesquelles la nourriture est uniquement en contact avec du PLASTIQUE. Ce projet ne passera donc pas légalement la loi Egalim qui impose d’arrêter définitivement le plastique dans la restauration scolaire en 2025.
Il y aura donc migration à chaud de perturbateurs endocriniens dans la nourriture. Puis une fois refroidies, ces barquettes seront conservées, puis transportées, puis re-conservées dans ces mêmes barquettes jusqu’aux écoles. Pendant ce temps-là, de 3 à 5 jours, il y aura migration à froid de PE. L’ANSES a prouvé que les PE migrent aussi à froid.
Bref, CE SYSTEME N’EST PAS UNE SOLUTION. Nous avons averti la mairie depuis septembre, mais hélas sans résultats. Nous n’avons pas été intégré pour le moment dans le comité de pilotage, alors que cela était prévu. Nous le regrettons, car nous perdons ainsi un temps précieux.

Nous avons commandé ces fameuses barquettes cartonnées, et nous les avons « épluchées » : le carton ne sert qu’à maintenir la barquette rigide. Voyez un peu le pelage sur notre vidéo :

Nous voyons ainsi que le plastique et toujours présent, et pas qu’un peu. Par ailleurs le recyclage de ces barquettes à grande échelle est infaisable. Rappelons que nous parlons de 235.000 barquettes par an… Ainsi le problème écologique reste identique.

Une autre problème : le transvasement.

Dans les écoles, le matin même du repas, la nourriture va être transvasée des barquettes vers les plats en inox. Cela pose au moins deux problèmes importants :

  • La nourriture est en général transformée en bouillie, en particulier les poissons. Du coup, on a une nourriture moins appétissante et des enfants qui mangent moins à la cantine.
  • Cela demande plus de travail au personnel et risque d’être mal perçu.

La bonne solution c’est de passer au tout inox, de la cuisine à l’assiette :

  • pas de migration de perturbateurs endocriniens.
  • pas de déchets de barquettes
  • une nourriture avec un meilleur goût et des enfants qui mangent plus et mieux.