Cantine sans plastique Avignon

Ce sujet vous intéresse? restez informé.e!

Le problème

A Avignon, dans les cantines de la maternelle et du primaire, et comme dans la plupart des villes de France, nos enfants mangent souvent bio et local. Mais, si la cuisson en cuisine centrale est effectuée dans des plats en inox, hélas le réchauffage des aliments se fait dans des contenants et barquettes en plastique, causant la migration dans les plats de perturbateurs endocriniens dangereux pour la santé, surtout pour un public très jeune et particulièrement sensible.

A chaque repas, nos enfants, sont donc « empoisonnés » par ces produits chimiques nocifs.

A cet aspect sanitaire urgent s’ajoute le problème de la production quotidienne de nombreux déchets plastiques difficilement recyclables. L’enjeu est donc également écologique, pour mettre fin à des méthodes absurdes guidées par une hypothétique optimisation des coûts, mais qui aggravent la pollution des océans, mers et rivières et de nos sols de façon conséquente.

Notre démarche

Notre collectif Cantine sans plastique Avignon vise en priorité à faire supprimer ces contenants des cantines d’Avignon, pour les remplacer par des contenants inertes et ré-utilisables, comme l’inox, le verre ou la céramique. Nous entendons développer une expertise qui nous permette de convaincre non seulement Avignon, mais aussi les communes alentour, ou d’autres collectivités concernées (collèges, lycées, hôpitaux, crèches…).

Nous bénéficions de l’expérience de l’association nationale Cantine sans plastique, qui travaille sur le sujet depuis plusieurs années, et a déjà obtenu en octobre 2018 une loi obligeant toute les communes à abandonner le plastique d’ici le 1er janvier 2025. C’est un combat qui a montré que nous luttons en particulier contre le très puissant lobby du plastique.

A Avignon, la mairie s’est engagée à supprimer le plastique des cantines à la rentrée de septembre 2020. Nous saluons cette décision. Cependant il nous faut rester vigilants, car certaines alternatives au plastique peuvent s’avérer également dangereuses. C’est par exemple le cas des barquettes en cellulose, solution envisagée par beaucoup de mairies. Ces barquettes nécessitent d’être imperméabilisées par des produits chimiques et contiennent la plupart du temps un film plastique qui peut libérer des molécules nocives.

La solution

Pour nous la bonne solution, pour la santé de nos enfants et pour des raisons écologiques, ce sont les contenants inertes et ré-utilisables comme l’inox, le verre ou la céramique. Cela nécessite certainement des adaptations techniques et peut-être davantage de personnel, mais la situation d’urgence sanitaire nous y oblige. A nous de convaincre nos élus de la nécessité d’investir durablement pour la santé de nos enfants.

Ce sujet vous intéresse? restez informé.e!